Des caddies propres : du rêve à la réalité

Entre les confitures qui se brisent, les mains sales et les enfants à qui l’ont n’a point changé la couche, nos caddies de supermarchés n’ont pas la vie facile ! Alors forcément a la fin de la journée, ils sont sales et collants. « Savez-vous qu’il y a plus de germes sur un chariot que sur une lunette de toilette ? » annonçait récemment à la presse l’entrepreneur angevin qui venait d’avoir l’idée du siècle, celle qui m’inspire ce billet.

Cette information ne donne pas très envie au consommateur de les remplir. Et c’est pourtant le but d’un caddie d’être rempli non ?

Lavage de chariots, un vrai casse tête pour la Grande Distribution

Le lavage de caddies est un véritable casse-tête pour les enseignes de la grande distribution. Peu pratiques à nettoyer, ces objets trouvent toujours le moyen d’accumuler de la saleté. Le plus souvent, nous ne pouvons pas laver les caddies en même temps sous peine de priver le consommateur de leur utilisation. Résultat ? Il faut procéder au lavage manuel des caddies par groupe de 10 en effectuant un roulement fastidieux. Tâche ingrate et difficile s’il en est, et qui n’a rien de motivant pour les équipes qui en ont la charge. Je ne l’ai personnellement pas vécu mais je préfère même ne pas imaginer …

Ce qui ne m’empêche pourtant pas, en bon Français, d’exiger des caddies propres et désinfectés comme tout consommateur et, ne serait-ce que pour le bien être des employés qui ont la charge de leur maintenance. Un ami travaillant aux quais réception d’une grand surface bien connue me confiait l’autre jour encore, avoir été témoin d’un esclandre, à al suite de la trouvaille par une cliente, d’un morceau de feuille de salade séchées sur la barre de son chariot. Les clients se plaignent régulièrement des caddies sales. Et c’est dommage ! Après tout, pourquoi la propreté ne deviendrait-elle pas un avantage concurrentiel ?

LA solution nous vient d’Angers et s’appelle Clean’n Shop !

Visiblement au moins aussi sensible que cette dame à ce problème de caddie sale, un entrepreneur angevin, Hugues Titard, eut alors l’idée de créer une machine à laver les chariots, particulièrement révolutionnaire, baptisée Clean’n shop !

Comment ça marche ?

A l’origine de ce projet un peu fou, l’entreprise adaptée angevine Arceau Anjou — laquelle propose déjà une série de services sous-traités aux entreprises – a donc présenté récemment une machine de conception simple en apparence, se présentant sous la forme d’une cabine, dans laquelle vous montez le chariot. Fermez la porte et, deux minutes plus tard, votre caddie ressort « propre comme un sou neuf ! »

Le succès de la machine Clean’n shop repose sur deux composantes essentielle : l’utilisation d’un jet puissant combiné à un désinfectant adapté.

Un deuxième chariot peut être simultanément placé dans le second espace. Au bout de deux minutes seulement, le premier chariot est prêt à l’emploi. Le voici tout beau, tout propre et débarrassé de 90% des germes !

Pratique et facile d’utilisation, la machine Clean’n shop peut traiter jusqu’à 150 chariots par jour ! Une invention très intéressante donc,  lorsque l’on compte le nombre de chariots que nous mettons à disposition au sein d’une grande surface dite « standard ».

Lavage de caddie et développement durable

En plus d’être rapide, il faut savoir que la machine est aussi écologique : elle ne dépasse pas les cent litres d’eau pour 150 chariots lavés. Conçue par ailleurs, pour une utilisation adaptée à des travailleurs handicapés, elle nécessite seulement une surveillance active du nettoyage.

Au départ, le projet a été développé à Angers et avait pour but de répondre à un double objectif à la fois social et industriel. Spécialisée dans l’embauche et la mise à disposition de personnels handicapés — le moment pour vous de revoir votre copie si vous n’êtes pas en règle avec les disposition de la loi « travail et handicap » de 2005, ne me remerciez pas, c’est cadeau ! — Arceau Anjou cherchait une machine qui puisse faciliter le travail, à la fois des gérants d’enseignes de la distribution, et de ses employés, missionnés pour accomplir les prestations de lavage.

De son côté, Luc Germond, gérant d’une enseigne commerciale connue à Angers et, également à l’origine de l’idée « Clean’n’Shop », souhaitait mettre au point une machine performante qui puisse laver ses chariots beaucoup plus rapidement que les procédés standards en vigueur jusqu’ici. Ces deux acteurs se sont donc associés et la conception du prototype a été confiée au cabinet Asthéo.

Clean’n’Shop, du prototype à la commercialisation

Aujourd’hui le dispositif est viabilisé et le service, disponible dans toute la France. Vous pouvez désormais louer la machine et son équipage à la journée !

Cette invention aura même valu à l’entreprise Arceau Anjou de remporter deux prix : Deuxième place au Concours Lépine France, qui récompense les inventions les plus innovantes et, plus récemment, Médaille des affaires Sociales et de la Santé au Concours Lépine Européen 2013 (lien Facebook).

Un pari salué avec un certain succès dont l’entreprise et son dirigeant ne peuvent que se féliciter !

2 thoughts on “Des caddies propres : du rêve à la réalité

  1. Bonjour
    J’aimerais en savoir plus sur votre machine
    Est ce une installation fixe ou peut elle etre mobile ?

  2. Bonjour,

    Centre Leclerc basé dans le 45, nous sommes très interessés par ce procédé.

    merci de nous indiquer comment nous pouvons louer cette machine .

    Vous en remerciant par avance

Les commentaires sont désactivés